Laserblast

Fiche Technique

  • Titre
    Laserblast
  • Date de sortie
    1978
  • Réalisé par
    Michael Rae
  • Durée
    1h25
  • Genre
    Sci-Fi/Explosions de laser
  • Version française
    Rayon Laser

Les rayons lasers, dans leur habitat naturel, se terrent dans les paysages désertiques, trouvant refuge derrière les arbustres épars et cactus solitaires, espérant pouvoir se fondre au décor grâce à leur plastique blanc caméléonesque.

Il arrive cependant qu’un prédateur particulièrement futé arrive à les débusquer grâce à des techniques de chasse ancestrales consistant à « se promener » et « arriver là par hasard ». Une fois sa proie dûment cernée par la funeste coïncidence, l’impitoyable faucon n’en fait qu’une bouchée, y soudant son bras dans un coït contre nature qui donnera rapidement naissance à une série d’explosions de LASER sans retenue!

Camoufler l’ennemi est une offense grave, LA FLORE DOIT PAYER.

Billy: Jeune adulte à la dérive voguant ça et là en chest et chaussures sales qui semble destiné à vivre sa vie agglutiné à un divan ou à un banc de parc, jusqu’à ce qu’il se découvre, contre toute attente, une passion dévorante pour (vous l’aurez deviné) LE LASER.

Billy Laser: Une fois entré en communion avec LE LASER, Billy subit une mutation monstrueuse qui a pour effet de le maquiller en vert et de l’envoyer déambuler confusément tel le saoulon du village entre différents immeubles en carton qui vont assurément recevoir d’importantes augmentations d’assurance habitation sous peu.

Kathy: Copine ingénue de Billy qui ne pourra malheureusement pas l’extirper hors de l’enfer de la consommation de LASER.

Chuck et Froggy: Bullies à la mine patibulaire qui sont clairement dix ans trop vieux pour fréquenter l’école secondaire.

Le colonel: Ex-militaire schizophrène vivant en reclus dans sa luxueuse maison qui n’hésite pas à revêtir sa veste décorée qui doit sentir le lait caillé et la sueur surie en permanence. Il se garde également une motocyclette chambranlante à portée de main sur la terrasse avant afin de manifester son mécontentement en la renversant au besoin.

Les policiers: Inutilités sur deux pattes qui patrouillent subjectivement et fument de la drogue durant leur quart de travail. Sans surprise, ils sont envoyés au paradis des policiers.

Les extraterrestres: Lézards bipèdes d’outre-espace qui disséminent des artefacts alien sur des terrains vagues et qui sont trop paresseux pour aller les ramasser tant que les conséquences ne contribuent pas à cinq décès ou plus.

 

On dit souvent d’un scénario peu développé qu’il pourrait avoir été écrit sur le coin d’une serviette de table, mais dans ce cas-ci, le coin de cette serviette de table est une contrée vaste et inexplorée qui pourrait contenir l’intégralité de Guerre et Paix tant il y reste de la place!

Résumons: un jeune découvre un pistolet laser.

Ledit jeune utilise ce pistolet laser pour faire exploser une voiture.

Enorgueillis par son succès, il gambade dans la campagne et y fait exploser une cabine téléphonique adjacente.

Puis, galvanisé par cette nouvelle aventure, il se rend en ville pour y faire exploser un kiosque à journaux.

Non contents de l’utilisation irresponsable de leur pistolet égaré, les extraterrestres aboutissent en ville et pulvérisent le jeune. Fin.

  • La marijuana cause des étouffements à distance.
  • Il ya des caméras invisibles présentes dans l’air ambiant, qui captent tout, constamment, de tous les angles.
  • Les pistolets laser aiment les bijoux, si bien que s’ils vous carbonisent complètement lors de la première salve, ils laisseront votre collier intact s’ils le trouvent joli.
  • Les maisons ont des mots de passe.
  • Les bosquets clairsemés composés de cinq branches minces constituent des outils de camouflage opaques aux yeux des plus fins observateurs.
  • Avoir une plaque de métal qui nous pousse dans le chest ne devrait nullement nous inquiéter, et ce, même si le médecin lui-même est complètement dépassé par les évènements.

  • Les rayons laser n’aiment pas les bouteilles vides.
  • Déprimer parce que nos amis aiment notre piscine plus que nous implique de manger huit kilos de gâteau.
  • Encercler une jeune femme de manière menaçante et la maîtriser sur un divan est une activité socialement acceptable à déployer durant une fête d’amis.

  • Constatez l’arrangement manifeste avec le concessionnaire de voitures usagées du coin alors que toutes les excuses semblent bonnes pour pulvériser des tacots remplis de bidons d’essence et de mannequins en mousse.

  • Ressentez tout l’amour et le respect que cette nouvelle franchise au potentiel de popularité immense voue à ses congénères.

  • Initiez-vous aux dangers du carjacking en apprenant à identifier quelques signes avant-coureurs, dont la présence d’une arme extraterrestre d’un mètre et demi dans l’habitacle.

    Conduire avec une porte éclatée, voilà qui passera inaperçu auprès des autorités policières.

  • Éberluez-vous devant la pertinence d’une scène complète de cinq minutes durant laquelle le maître lézard entretient une conversation beuglée dans une langue étrangère sans sous-titres.

    Pendant ce temps, on peut se rabattre à admirer les intérieurs magnifiques du vaisseau en pièces de Lite-Brite.

  

– La présence de lasers.

 

 

 

 

– À peu près tout ce qui est dépourvu de lasers, ce qui représente malheureusement 99% du film.

Hormis quelques minutes où des trucs explosent un peu partout, il ne s’y passe pratiquement rien. Aucune intrigue secondaire n’est digne de mention, l’animation est approximative, et on lorgne fixement le temps qui défile en mourrant un peu plus de l’intérieur à chaque seconde qui s’écoule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *