Jack Frost

Fiche Technique

  • Titre
    Jack Frost
  • Date de sortie
    1997
  • Réalisé par
    Michael Cooney
  • Acteurs
    Michael Keaton?…
  • Durée
    1h29
  • Remakes/Suites
    Jack Frost 2: Revenge of the Mutant Killer Snowman (2000)
  • Pochette
    C’est ce qui arrive lorsque le contrat pour le design de la pochette précède la conception de la créature…

Ah! comme la neige a neigé! Comme elle tapisse les sols ondoyants de nos paysages d’hiver de ses féériques flocons!

N’y a t-il pas plus pur plaisir que de la modeler sous nos mains, de la rouler sur elle même pour créer le classique bonhomme de neige? Et qu’y a t-il de plus exaltant que de voir ce dernier prendre vie, se transmuter en styromousse et trucider tous ceux qui se trouvent sur son passage en balançant des one-liners hivernaux à la qualité discutable?

« Ça me donne froid dans le dos! »

Sam: Sherif d’une petite ville qui capture Jack Frost par chance lors d’une intervention de routine. Il a également une confiance aveugle en son jeune fils, comme en témoigne l’absence totale d’hésitation à croire ce dernier lorsqu’il se met à raconter qu’il a vu un bonhomme de neige s’animer.

C’est totalement plausible!

Fait complémentaire à la fois macabre et amusant, il semblerait que l’acteur personnifiant notre cher shérif (Christopher Allport) ait finalement subit le courroux de Jack Frost plus d’une décennie après le tournage du film, lorsqu’il est décédé tragiquement (et ironiquement!) des suites d’une avalanche en 2008!

Jack Frost: Psychopathe manifeste qui doit avoir des biceps sur ses arcanes sourcilières tant ses yeux sont exorbités en permanence. Il ne fait jamais dans la dentelle ni dans la demi mesure, si bien qu’il parvient à s’échapper lors de son transport vers la chaise électrique. Malheureusement (ou heureusement), il est aspergé d’un liquide gouvernemental expérimental qui le changera en bonhomme de neige mutant.

Manners: Agent du FBI (les bretelles en cuir ne mentent pas) qui croit vraiment pouvoir mettre fin au règne de terreur de Jack en tirant à bout portant dans une flaque d’eau ou dans la neige.

Paul: Propriétaire du magasin général du petit village, c’est un fin renard qui a le sens des affaires et qui n’hésitera pas à mentionner sans arrêt ses rabais de 20% sur les poches de sel en plein milieu d’un scène de crime sanguinolente.

« Hey vous les parents de la victime, 10% d’escompte sur les mouchoirs! »

Stone: Pantin corporatif à la solde de la compagnie spécialisée dans la génétique qui cause la transformation de Jack. Il tente de convaincre tout le monde de laisser le bonhomme de neige tuer femmes et enfants, au nom de la science!

Jill: Shannon Elizabeth (American Pie) campe une jeune femme qui ne laisse pas la mort de son frère ou de ses parents la dévier de son but ultime: baiser dans la maison du shérif.

Ryan: Progéniture irritante du shérif qui  entretient un quotient intellectuel d’au moins vingt points sous la moyenne nationale. Il se spécialise dans la concoction de desserts immondes et s’offre d’empoisonner son père avec sa recette d’antigel chocolat/guimauves.

Dans ce qui s’avère probablement la pire scène de collision automobile de l’histoire, consistant en quelques images de verre concassé surmontées de séquences de caméra virevoltante devant les visages des acteurs des deux véhicules, un fourgon blindé se renverse lorsqu’il est atteint par un camion citerne transportant un liquide génétique aux propriétés insoupçonnées.

Les cellules du prisonnier Jack Frost (il a déjà le nom d’un bonhomme de neige, eh misère) se mêlent à la neige et lui donnent une deuxième chance de faire des ravages.

Les globules rouges se couvrent de frimas, comme c’est réaliste!

Une fois dûment transformé en bonhomme de neige, ce dernier se rend immédiatement dans le village voisin, où le satané shérif qui l’a mis derrière les barreaux réside avec sa femme et son fils.

Au passage, Jack croit nécessaire de dégommer un vieillard tranquille sur sa chaise berçante, ce qui aura tôt fait d’alerter les autorités sur sa présence. Bravo.

S’en suit alors une myriade de meurtres divertissants et de confrontations surréalistes entre les habitants et Jack, qui devra également composer avec l’arrivée du FBI et avec les bouteilles d’antigel.

De la neige qui saigne, on aura tout vu!

  • Un bonhomme de neige qui, inutile de le préciser, ne possède ni jambes ni pieds, est tout à fait apte à conduire une voiture de police autour de la ville.
  • Raconter une histoire d’épouvante à un jeune enfant implique de ne pas lésiner sur des détails du genre enfoncer des couteaux dans la figure des gens ou leur ouvrir le ventre afin d’en extirper les intestins.
  • Les tartes aux paupières sont très prisées dans le midwest.
  • Les chauffeurs de fourgon blindés servant au transport de prisonniers ne sont nullement tenus au professionnalisme. Ils peuvent donc beugler les pires blagues macabres au sujet de leur cargo envoyé à l’exécution.
  • Il est possible de déterminer si la fumée de cigarette que l’on respire provient d’une clope avec ou sans filtre rien qu’en la respirant.
  • Lorsque les tueurs en série deviennent ennuyés des meurtres au couteau, ils optent rapidement pour brûler les yeux de leurs victimes avec des bougies.
  • Refuser une invitation galante au restaurant s’exécute en vaporisant du spray net dans le visage de notre soupirant.
     
  • Voir un bonhomme de neige avant le samedi porte malheur.
  • Les gens qui se font passer le K.O. en un seul coup de poing murmurent « bonne nuit » avant de sombrer définitivement dans l’inconscience.
  • Les aérosols anti-insectes constituent de meilleurs explosifs que du TNT.
  • Il est un peu inutile de cacher un cadavre dans un bodybag opaque noir aux fins de transport si c’est pour amener sa tête dans un sac de plastique transparent devant les parents atterrés.
  • Les lunchs immangeables que nous concoctent nos enfants se mettent à nous culpabiliser vocalement dès qu’on les balance aux ordures.

  • N’affutez pas trop efficacement vos luges, car une chute malencontreuse devant une de celles-ci pourrait provoquer votre décapitation immédiate!

  • Écarquillez vos yeux devant la force de frappe surpuissante de Jack, qui parvient à enfoncer la totalité du manche d’une hache dans la gorge d’un père endeuillé qui fumait la pipe à l’extérieur.

« Tu veux que je te dise, c’est pas bon fumer trop de hash! »

  • Doutez du code moral du bonhomme de neige, qui viole une femme (!!!) dans sa baignoire tout en lançant des blagues peu inspirées sur sa frigidité.

Où est la carotte?

  • Remarquez un figurant particulièrement surutilisé  qui ne cesse de faire poindre son visage hideux dans l’arrière-plan d’au moins une dizaine de scènes!

  • Assistez à la collaboration inespérée des 7 mercenaires (The Magnificent Seven) du séchoir qui se liguent contre Jack pour le faire fondre jusqu’à la dernière goutte, mêmes s’il a déjà été relevé qu’il se laisse fondre constamment lui même pour se reconstituer en neige derrière une porte.

Une barre de surtension avec ça?

  • Voyez le souhait d’une femme de tenir le rôle d’un sapin de noël être exaucé alors qu’elle est décorée par Jack, à grands coups de guirlandes et d’impacts féroces de son visage dans la boîte de boules de noël!

« C’est pas exactement ce que je voulais… »

  • Constatez le dévouement de Sam lorsqu’il se passe au travers d’une fenêtre avec Jack pour atterrir dans un pick-up préalablement rempli de liquide antigel!

Un chevauchement quasi érotique.

– Presque seul dans la catégorie des films série B de noël (Silent Night Deadly Night, Christmas Evil, Black Christmas, Santa Slay, Elves et Santa Claus Conquers the Martians), Jack Frost parvient à tirer son épingle du jeu grâce au ton particulièrement réussi de l’ensemble et au jeu des acteurs qui se tiennent bien d’en faire trop.

– Tous les meurtres et les séquences avec sont originaux et bien filmés, ce qui confère une certaine solidité au film et tient le spectateur totalement diverti tout au long du déroulement. Les temps morts se font assez rares!

– L’équipe policière passe environs une demi-heure à coller des rubans et des indications sur une carte sans rien foutre au sujet des meurtres qui ne cessent de s’accumuler. Ce serait possible de nous faire croire que la police locale et le FBI soient un tant soit peu compétent dans leur domaine d’expertise? Cela ralenti considérablement les confrontations et laisse tomber à plat un des seuls moments où le film aurait pu tenter de projeter une image de semi-crédibilité.

Si ce n’est pas une grande oeuvre cinématographique, Jack Frost reste cependant totalement efficace dans le créneau qu’il s’est creusé et ne déçoit aucune attente, ce qui lui vaudra même une suite en 2000 (Jack Frost 2: Revenge of the Mutant Killer Snowman). Bref, sortez le chocolat chaud et les couvertures, et faites un peu changement entre deux visionnements ennuyants de Miracle on 34th Street, vous ne serez pas déçus!

Le deuxième extrait est à ce jour le vidéo de Cinémarde le plus populaire sur Youtube (avec 91,000 vues comptabilisées au moment où j’écris ces lignes), ce qui est assez triste en raison de son sujet (clairement, les gens cherchaient rape sur l’engin de recherche). Vous devez être connecté sur Youtube pour le voir en raison des plaintes sur son contenu qui demandent une vérification d’âge… Oui oui, des gens ont réellement logés des plaintes à propos d’un bonhomme de neige violeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *